S a i n t   N i c o l a s
                                                                                   ...  6 décembre
La  fête  des  enfants
 
 
 
Rafraîchissons notre mémoire !
Nous avons tous chanté la chanson de Saint Nicolas, quand il visitait notre école.
 
Reprenons donc en choeur :
 
Ô grand Saint Nicolas
 
Ô grand Saint Nicolas,
Patron des écoliers,
Apporte-moi du sucre
Dans mes petits souliers.
Je serai toujours sage
Comme un petit mouton.
J’apprendrai mes leçons
Pour avoir des bonbons.
Venez, venez, Saint Nicolas...
 
 
 
                                                                                                     ben
gggggggggggggggggggggggg
                                                                                                     ben
gggggggggggggggggggggggg
                              et me
gggggggggggggggggggggggg
                              et me
gggggggggggggggggggggggg
 
 
O Grand Saint Nicolas, Patron des Ecoliers !
 
 
Tous les 6 Décembre de ma vie, j'ai eu une pensée attendrie pour Saint Nicolas et les jours enfuis d'autrefois...
Dans le pays de mon enfance, je me souviens de ce matin particulier, tant attendu par tous les enfants de Belgique et ceux de l'Est de la France....celui de la Saint Nicolas. L'équivalent de notre Noël en France mais...
Voici les origines de cette fête, une chanson et un conte d'un personnage qui m'a tant fait rêver

SAINT NICOLAS
 

La légende de Saint NICOLAS (270 – 310)
 
 
Le personnage de Saint Nicolas provient de Nicolas de Myre appelé aussi Nicolas de Bari. Né à Patara en Lycie, au sud ouest de l'actuelle Turquie (à l'époque Asie mineure) entre 250 et 270 après JC, il fut le successeur de son oncle l'évêque de Myre.
De son vivant, Nicolas de Myre fut le protecteur des enfants, des veuves et des gens faibles. Il fut bienveillant et généreux.
 
L'empereur Dioclétien règnant alors sur toute l'Asie mineure poursuivit cruellement les chrétiens, entraînant ainsi l'emprisonnement de St Nicolas qui fut contraint de vivre, par la suite, un certain temps en exil.
En 313, l'empereur Constantin rétablit la liberté religieuse, et St Nicolas put alors reprendre sa place d'évêque.
Saint Nicolas serait décédé un 6 décembre 343, victime de persécutions sous l'Empire Romain. Il fut enterré à Myre, mais ses ossements furent volés en 1087 par des marchands italiens qui les emportèrent à Bari en Italie. Les miracles attribués à St Nicolas sont si nombreux qu'il est aujourd'hui le Saint patron de nombreuses corporations ou groupes tels que les enfants, les navigateurs, les prisonniers, les avocats ou les célibataires.
 
St Nicolas fut vénéré en Allemagne dès le Xème Siècle et la journée du 6 décembre fut ainsi choisie comme le jour de la fête des commerçants, des boulangers et des marins.
Aujourd'hui, St Nicolas est fêté par un grand nombre de pays d'Europe : en France, Allemagne, Suisse, Luxembourg, Belgique, Hollande, Russie, Pologne, Autriche et d'autres encore… Dans la nuit du 5 au 6 décembre, il passe dans les maisons pour apporter aux enfants sages, différentes friandises (fruits secs, pommes, gâteaux, bonbons, chocolats et surtout, de grands pains d'épices représentants le St Evêque). St Nicolas est souvent accompagné du Père Fouettard qui, vêtu d'un grand manteau noir avec un grand capuchon et de grosses bottes, n'a pas le beau rôle puisqu'il distribue des coups de trique aux enfants pas sages et donne aussi parfois du charbon, des pommes de terre et des oignons. Le Père Fouettard porte souvent des cornes et une queue.
 
 
Si on lui attribue plusieurs miracles au grand saint, la plus populaire est celle des 3 enfants tués, découpés en petits morceaux et mis au saloir par un boucher... avant d’être rendus à la vie par Saint Nicolas, 7 ans plus tard. Une très belle histoire souvent illustrée naïvement dans les livres d’images anciens mais une histoire qu’on n’oserait plus raconter aujourd’hui dans le contexte meurtrier qu’a connu la Belgique ces dernières années...
Selon une autre légende, il sauva également 3 officiers romains condamnés par l’empereur. En fournissant une dot à 3 jeunes filles nobles de Patara, il empêcha leur père de les vendre comme esclaves. Il est donc également le protecteur de la vertu des jeunes filles... encore que, dans certaines de nos régions, elles auraient plutôt tendance à honorer Sainte Catherine.
Les amateurs de symbolisme remarqueront que les deux histoires utilisent le chiffre 3 et celle des enfants le chiffre 7, deux chiffres considérés comme sacrés.
 
Saint Nicolas n’était pas seul

Par le passé, Saint Nicolas voyageait escorté d’un sombre accompagnateur : Pierre le Noir (Zwarte Piet, aux Pays-Bas ; Swcharze Peter en Suisse). Ce serviteur était chargé des basses oeuvres : il devait châtier comme il se doit les enfants désobéissants. Bien sûr, de nos jours, l’opposition entre un saint "blanc" et son "méchant" serviteur "noir" peut paraître choquante et le personnage "politiquement incorrect" du Père Fouettard a tendance à disparaître.
Et puis on voit de plus en plus souvent apparaître Saint Nicolas dans une somptueuse voiture ou descendre d’un hélicoptère, il est beaucoup plus rarement accompagné de sa fidèle monture, un âne en Belgique, un cheval blanc aux Pays-Bas).
 

UNE DES NOMBREUSES LEGENDES DE SAINT NICOLAS
 

Ils étaient trois petits enfants
qui s'en allaient glaner aux champs.
Ils sont allés et tant venus
que sur le soir se sont perdus.
Ils sont allés chez le boucher :
- boucher, voudrais-tu nous loger ?

- Entrez, entrez, petits enfants,
Il y a de la place assurément.
Ils n'étaient pas sitôt entrés
que le boucher les a tués.
les a coupés en petits morceaux
et puis salés dans un tonneau.

Saint Nicolas au bout de sept ans
vint à passer dedans ce champ,
alla frapper chez le boucher :
- boucher, voudrais-tu me loger ?
- entrez, entrez Saint Nicolas.
Il y a de la place, il n'en manque pas.

- Du petit salés je veux avoir
qu’il y a sept ans est au saloir.
Quand le boucher entendit ça,
bien vivement il se sauva.
- Petits enfants qui dormez là,
je suis le grand Saint Nicolas.

Le grand Saint étendit trois doigts,
les trois enfants ressuscita.
Le premier dit : « j’ai bien dormi. »
Le second dit : « et moi aussi. »
« Je me croyais au paradis »
A ajouté le plus petit.
Cette légende explique pourquoi les enfants et les bouchers l’ont choisi comme saint patron.
 
 
                                                                                                     ben
gggggggggggggggggggggggg
 Page suivante